Travailleur isolé

Ce n’est ni une fatalité ni une forme d’emploi rare. Être travailleur isolé c’est se trouver dans l’obligation d’intervenir seul, pour des raisons professionnelles impératives, dans un lieu assez éloigné pour être difficile à atteindre. Les travailleuses et les travailleurs capables de s’acquitter de telles missions sont précieux. Peu d’entre leurs collègues se résoudraient à prendre leur place d’autant que certains de leurs métiers peuvent être dangereux. Leur sécurité doit être prise très au sérieux du fait même de leur éloignement. Pour la garantir de façon effective il existe des dispositifs particuliers et fiables. Ils sont capables d’avertir automatiquement leurs contacts de référence dès qu’un incident pouvant mettre en danger leur intégrité physique est détecté.

Définition : Qu'est-ce qu'un travailleur isolé ?

Par définition, un travailleur isolé est celui qui accomplit sa mission professionnelle en étant éloigné de ses collègues et de sa hiérarchie. Elles ou ils sont hors de portée, que ce soit de vue ou de voix, durant le temps que va prendre l’accomplissement de la mission. Cet état de fait est également valable lors d’une partie du trajet qu’ils doivent emprunter à l’aller ou au retour de mission. Travailler seul c’est avant tout multiplier les contraintes. L’éloignement est synonyme de risques et de difficultés accrues pour éviter qu’ils ne se transforment en accidents.

En cas d’incident ou d’accident ils ne peuvent compter sur une aide directe et rapide. Pendant tout leur temps d’éloignement leurs actions ne peuvent être suivies en temps réel par leurs responsables. Dans certains cas il ne peut s’agir que d’incidents bénins qui ne nécessitent pas d’aide immédiate. Malheureusement il peut se faire que le travailleur isolé soit victime d’un accident alors qu’il n’a aucun moyen pour appeler à l’aide. Plus la durée de leur isolement est longue plus ils encourent de risques. Plus les secours se font attendre plus les risques de voir les pronostics vitaux du travailleur isolé être engagés sont grands.

Bien que le concept d’isolement puisse être clairement défini il est bien des situations professionnelles où il n’est pas évident. Les situations de travail en isolement sont bien souvent mal repérées ou mal évaluées. Un travailleur isolé peut lui-même se mettre en position de risque car il aura mal jugé une situation et qu’il ne dispose d’aucune référence pour l’affronter sereinement. Ce genre de problème est en général pris en charge par la hiérarchie, l’isolement rend impossible cette solution. L’isolation n’est d’ailleurs pas forcément synonyme d’éloignement. Un travailleur peut être isolé du fait de l’absence de relations régulières avec ses collègues ou sa hiérarchie.

Plus le travailleur isolé doit effectuer des travaux complexes ou dangereux, plus on doit assurer sa sécurité. De nombreux postes de travail sont tout particulièrement exposés lorsqu’ils sont occupés en situation d’isolement. On pensera notamment à ceux des professionnels de l'entretien, de la livraison, du dépannage, des soins à domicile et de la représentation commerciale. Il faut également mentionner les petits commerçants, les travailleurs agricoles et forestiers, les transporteurs routiers et aussi les professionnels de la sécurité par exemple. Ce sont environ 10% des salariés qui sont directement concernés, sur une base plus ou moins régulière, par le travail en isolement. Le Code du Travail précise d’ailleurs les catégories de travaux qui ne peuvent être accomplis de façon isolée.

Les postes de travail isolé :

Le travail isolé n’est pas l’apanage de certaines catégories socio-professionnelles. Quasiment tous les métiers nécessitent des interventions de travailleuses et de travailleurs en condition d’isolement. Être un travailleur isolé ce n’est pas simplement travailler seul au cœur de la nature comme un bûcheron ou un mineur par exemple. Même les travaux d’encadrement peuvent se dérouler en situation d’isolement. Un cadre dans l’informatique, par exemple, peut être détaché auprès d’une entreprise dont le centre de données est éloigné. C’est souvent le cas pour des raisons économiques. Sur place il peut se retrouver seul à travailler tard le soir. Certaines professions, notamment celles liées à l’entretien et à la maintenance exigent d’être exercées en dehors des horaires de travail habituels. Il est donc possible que l’isolement soit simplement causé par le respect d’un emploi du temps particulier.

Il faut bien comprendre que l’isolement n’est pas qu’un facteur physique. Son influence sur le psychisme n’est pas négligeable. Les risques encourus par l’isolement psychique peuvent se transformer en incidents voire en accidents physiques. Il ne faut pas sous-estimer cet aspect du travail isolé. Il découle de l’absence de visites et de conseils réguliers. Même le jugement des meilleurs professionnels peut être faussé et éventuellement entraîner un préjudice pour leur sécurité. En résumé, si le risque physique est d’ordinaire dû à une instabilité physique il peut aussi être causé par un manque de stabilité psychique. N’oublions pas qu’un travailleur isolé, du fait même de son isolement, est toujours soumis à une pression psychologique supplémentaire absente des conditions de travail normales.

Il n’est pas anormal que certains travaux ne puissent être accomplis par des travailleurs isolés. Il est même des professions pour lesquelles une vigilance accrue doit être observée. C’est le cas en particulier de celles qui, bien qu’elles soient exercées en conditions d’isolement, sont essentielles à la sécurité d’autres professionnels. Certains travaux sont particulièrement dangereux lorsqu’ils doivent être accomplis par des travailleurs isolés qui sont difficiles à localiser. Ils encourent des risques multiples, comme les rondiers par exemple. Enfin il faut penser aux nouveaux embauchés, ou aux intervenants intérimaires ou extérieurs à l’entreprise. Ils peuvent manquer de formation et d’information sur les impératifs de sécurité liés à leurs travaux. Ils peuvent être ignorants des règles et des contacts qui leur sont utiles en cas de difficultés. Leur isolement, même temporaire, lors de l’absence momentanée d’un collègue peut s’avérer dangereux.

travailleur isolé seul
Sécurisez vos travailleurs isolés contre les risques

Avec nos solutions vos salariés se sentiront en sécurité et pourront vous alerter en cas d'incident.  

Le travail de nuit seul est-il autorisé ?

Peu de salariés apprécient de devoir travailler la nuit. Ils se retrouvent décalés par rapport aux activités humaines habituelles, celles de leur entreprise comme celles de leurs proches. La nuit est le moment où le travailleur isolé encourt les plus grands risques. Ses facultés de perception sont diminuées, sa vigilance est réduite et chaque événement imprévu peut prendre des conséquences plus dramatiques qu’en pleine journée.

Bien sur le travail de nuit est autorisé par le Code du Travail. Il est même des professions où l’essentiel des activités se déroule de nuit. De l’artisan boulanger à l’agent de nettoyage ou de maintenance informatique, on ne compte pas les travailleurs isolés qui sont obligés de gagner leur vie après le coucher du soleil. Plus que tous leurs collègues les travailleurs nocturnes ont un besoin indispensable de pouvoir signaler une situation dangereuse à laquelle ils seraient confrontés. C’est également vrai durant les trajets qu’ils font, la nuit, pour se rendre sur leur lieu de travail et pour s’en aller.

Un salarié peut-il travailler seul dans un bureau ?

On pourrait penser que le travail de bureau est exempté de tous risques liés à l’isolement. Il n’en est rien. Bien sûr les dangers physiques ne sont pas du tout les mêmes que ceux encourus par un conducteur d’engin la nuit en forêt et en pleine neige. Il n’empêche que le travailleur isolé dans les locaux de son entreprise ou chez son client peut être confronté à des situations qui peuvent le mettre en danger.

Le travail en dehors des horaires réguliers ou dans des environnements mal connus sont deux facteurs de risque importants. Mieux vaut disposer à tout moment d’un outil de communication efficace pour se sortir d’un mauvais pas. Le travailleur isolé peut faire un malaise, se perdre ou il peut être coincé dans un ascenseur. Un dispositif d’alerte est un bon compagnon pour cette catégorie de travailleurs isolés. Comme le smartphone est un de leurs outils de travail qui ne les quittent jamais on peut favoriser l’emploi d’une application de sécurité. Ils seront vite familiers de son fonctionnement.

Un travailleur isolé peut-il être seul sur un chantier ?

Le travail isolé sur un chantier est légal. Selon les circonstances c’est même le seul moyen de respecter les délais de livraison. Bien souvent certains corps de métiers doivent intervenir en respectant une séquence définie à l’avance. Un plaquiste accomplira sa pose avant que le peintre ne lui succède. Cette logique dans l’enchaînement des tâches peut rendre nécessaire le travail isolé. Suivant la taille du chantier un professionnel peut se retrouver seul après que ses collègues ont fini leur part du travail.

Sur un chantier les risques physiques sont multiples. Ce type de situation est une des plus sérieuses qui soit pour le travailleur isolé. Il doit absolument être équipé d’un dispositif d’alerte qu’il porte toujours sur lui et qu’il pourra activer rapidement et de façon très simple. C’est pour ce genre d’utilisation que le « bouton SOS » a été inventé. L’idéal est de munir le travailleur isolé sur un chantier d’un moyen de détection des incidents qui soit automatique.

Un intérimaire peut-il travailler seul sur un chantier ?

Pour un intérimaire qui travaille sur un chantier un moyen d’alerte incidents automatisé est indispensable. Cette catégorie de travailleurs isolés est particulièrement exposée. Par définition ils n’ont que peu de contacts au sein de l’entreprise qui les emploient de façon temporaire. A la différence de leurs collègues en CDI ils peuvent moins compter sur des réflexes de solidarité professionnelle voire amicale.

Ils sont peu familiers des lieux sur lesquelles ils interviennent. Dans certains cas leur connaissance de l’utilisation des engins de chantier mis à leur disposition peut être limitée. Ils ne sont pas forcément au courant de procédures que leurs collègues en CDI ont l’habitude d’utiliser pour que certaines machines fonctionnent en toute sécurité. Cette exposition particulière aux risques des métiers sur un chantier requiert une mise à disposition d’un moyen d’alerte automatisé et spécifiquement configuré pour assurer une sécurité accrue de tous les instants.

Le travailleur isolé s’expose à des risques professionnels accrus qui peuvent être préjudiciables à sa santé physique et mentale. Tous les corps de métiers sont concernés et les cadres isolés dans leurs bureaux n’échappent pas à la règle. Travailler en isolement est souvent nécessaire pour mener à bien toutes sortes de missions professionnelles. Elles peuvent être accomplies à condition de prendre les mesures nécessaires. La principale d’entre elles consiste à doter les travailleurs isolés de moyens efficaces et appropriés pour contacter au plus vite celles et ceux qui leur viennent en aide en cas de problème.

le logo de fall alarm

Solutions pour la sécurisation des travailleurs isolés. 

Nous contacter

Nos solutions

dispositif pour travailleur isolé
application pti pour travailleur isolé

Un devis ?
Un projet ? 
Nous vous rappelons ! 

Veuillez entrer un numéro de téléphone valide.
Veuillez entrer un message.

Pour en savoir + sur le travail isolé :

régelemntation pti dati
La réglementation et
le code du travail
protéger un travailleur isolé
Les protections pour
les travailleurs isolés
question sur pti dati
Qu'est ce qu'un PTI ?
pti et dati
Les fonctionnalités
d'un PTI / DATI